aller au contenu
 

Jaimeo Brown, version live du deuxième volet "Transcendence-Work Songs"

Wed, 25 January 2017

La démarche commencée il y a trois années de cela par Jaimeo Brown interpelle. Deux cds nommés « Transcendence » ont suivi… Il était donc intéressant après la publication en 2016 du deuxième volet "TRANSCENDENCE-WORK SONGS" d’accueillir en France (première venue) la version "live" de ce projet artistique. Avec, pour l’occasion un remarquable travail vidéo fondé sur des archives portant sur le travail.

Jaimeo Brown dans "Work Songs" sample des chants de travail. Certains sont issus du travail ethnomusicologique titanesque qui fut réalisé par ALAN LOMAX*. Le trio jazz (batterie/guitare/saxophone) que dirige Jaimeo Brown se mêle donc à de multiples chants, sons ou paroles qui évoquent et ici, célèbrent, le travail des anonymes. Chants de mineurs de charbon, tailleurs de pierre, cheminots, prisonniers de pénitenciers du sud raciste … Ce sont les musiques issues de leur vie… Jaimeo Brown rappelle le rôle crucial de cette musique populaire dans la culture populaire afro-américaine.

Batteur émérite (accompagnateur de Stevie Wonder, Geri Allen, Bobby Hutcherson, Q-tip, Carl Craig, Pharoah Sanders etc…), Jaimeo Brown, dont les parents sont musiciens de jazz, eut les premières idées de ce projet Transcendense en écoutant la musique du producteur de hip-hop J Dilla qui use à merveille de références et samples empruntés au jazz. Le premier volet du projet fut consacré au gospel - « la musique source des musiques afro-américaines » dixit Jaimeo - en travaillant avec les Gee’s Band Quilters, ce collectif de femmes chanteuses/couturières d’Alabama connues pour leurs couvertures et tissus de patchwork traditionnels. Il lui fut donc naturel de continuer sur les Work Songs.

En cela, il est particulièrement soutenu par le producteur et excellent guitariste Chris Sholar. Ce dernier a exercé ses talents auprès d’artistes phares du rap US : Kanye West, Jay Z, Beyoncé, D’Angelo, Frank Ocean, Common, A Tribe Called Quest. Son association avec Jaimeo Brown est donc représentative de ce courant musical qui aime instiller des éléments de jazz dans le hip-hop et inversement. D’où l’invitation donnée au saxophoniste Jaleel Shaw dont les soli souvent coltraniens sont un dialogue réussi entre la tradition du jazz et la modernité du hip-hop.

La démarche de Jaimeo Brown est d’observer des éléments culturels qui composent une musique. Elle nous rappelle que tout courant innovateur est le fruit d’un processus puisant sa force par l’inscription dans une culture musicale autre qu’esthétique. En célébrant cette musique des "oubliés", Jaimeo Brown situe l’enjeu de son projet : « La musique de Transcendence, sur un plan social, nous permet de rejoindre l’esprit de nos communautés et aide à assumer notre culture et identité. Work Songs nous dit des histoires de persévérance et d’intelligence humaine. Cela nous parle des souffrances au travers des chansons d’esclaves afro-américains ou de tailleurs de pierre japonais qui dépeignent le combat quotidien. » Cette démarche sociale comporte une dimension spirituelle à forte charge émotionnelle.

La musique est un jeu permanent entre électronique et acoustique. Les résonances de l’électronique deviennent un espace-temps apportant les samples du passé dans une sorte de souffle continu cosmogonique projeté vers le futur. Les instruments acoustiques ou électriques sont quant à eux l’expression incarnant le présent, celui des trois instrumentistes qui ressentent et réévaluent l’apport de leur mémoire culturelle au temps présent. Rythmes multiples, improvisations surprenantes se succèdent. Comme dans le morceau FOR MAMA LUCY, créé à partir d’un enregistrement de 1959 dans la ferme pénitencier de Parchman au Mississippi : parfaite intersection entre blues, jazz, rock et hip-hop.

* Pour aller plus loin, Alan Lomax, la mémoire musicale du XXème siècle, par Guillaume Schnee, 15/02/2015, FIP

// En concert, Jaimeo Brown Transcendence "Work Songs", feat. Chris Sholar / Jaleel Shaw, dimanche 15 janvier, 16h, Théâtre Paul Éluard, Choisy-le-Roi
Une rencontre est prévue avec le public après le concert