aller au contenu
 

MATT WILSON QUARTET / CATHERINE DELAUNAY

« Vol pour Sidney » (retour)
Matt Wilson, batterie / Jeff Lederer, saxophone ténor, clarinette / Kirk Knuffke, trompette, cornet / Chris Lightcap, contrebasse
Invitée : Catherine Delaunay, clarinette

C’est en 1992 que les disques nato et le producteur Jean Rochard ont célébré à leur manière la musique de Sidney Bechet. Dans un esprit digne du musicien créole natif de la Nouvelle Orléans, c’est à dire une musique pleine de prouesses, d’engagements lyriques, de surprises ludiques, swinguantes, adorant les mélodies populaires. Lol Coxhill, Steve Beresford, Han Bennink, Charlie Watts, Evan Parker, Pat Thomas, Lee Konitz et bien d’autres furent convoqués au service de morceaux légendaires tels que « Petite Fleur », « La Nuit est une sorcière » (musique de ballet), « Si tu vois ma mère », « Laughing in Rhythm »… ainsi que le désopilant « Lastic ». Cet album fut appelé «Vol Pour Sidney » (aller). Nous découvrirons à Sons d’hiver les premières envolées d’un « Vol pour Sidney» (retour) avec d’autres titres importants de l’œuvre de Bechet.

Jean Rochard nous présente les nouveaux acteurs de ce nouveau projet musical : ""Vol pour Sidney" (aller) trouve enfin son ticket de retour et Matt Wilson et Catherine Delaunay en sont deux des voyageurs. Élu batteur de l’année par le magazine DownBeat en 2009 et nominé aux Grammy Awards, Matt Wilson est loin de se cantonner à ce qui ferait de lui un musicien facilement établi grâce à une technique hors pair alliée à une fine musicalité et à une grande culture de l’histoire du jazz. Batteur new-yorkais natif de l’Illinois, il fait valser les étiquettes, faisant fi de tout académisme. Il joue avec plaisir une musique sans âge. Dewey Redman fut son véritable père spirituel. Parmi ces groupes qui brossent et décoiffent, du hard bop à l’improvisation libre, le Matt Wilson Quartet aime être à la croisée de la recherche vive et d’une certaine idée de la musique populaire. La visite de Bechet tombe sous le sens."

 
3è CHAPITRE : SIDNEY BECHET

ARCHIE SHEPP PLAYS SIDNEY BECHET

Archie Shepp, saxophones, voix / Olivier Miconi, trompette / Sébastien Llado, trombone / Wayne Dockery, contrebasse / Tom McClung, piano / Steve Mc Craven, batterie

My Man. C’est sous cet intitulé, établissant un lien direct, familier, fraternel, qu’Archie Shepp a d’abord rendu hommage à Sidney Bechet. Tant de choses rapprochent effectivement les deux hommes, ces deux baladins du monde occidental. Avant de s’établir en France, Sidney Bechet, homme du peuple de La Nouvelle-Orléans, a traversé toute l’Europe, jusqu’en Russie ou URSS, jusqu’aux Balkans, jusqu’à la Turquie, l’Égypte. Du vibrato virevoltant de l’un à la raucité rageuse de l’autre, d’une souveraine exaltation à une imprévisible mélancolie… Bechet, Shepp, deux manières complémentaires d’animer (d’enflammer) le souffle lyrique dans toutes ses amplitudes, deux forts caractères et deux " hommes de la tradition ", puisque cette tradition est celle de l’expérimentation et de la pleine force de la vie : Our men in Jazz.