aller au contenu
 

IN ORDER TO SURVIVE

WILLIAM PARKER - contrebasse | COOPER-MOORE - piano | ROB BROWN - saxophone alto | HAMID DRAKE - batterie

William Parker, acte I. Pour cette soirée d’ouverture exceptionnelle, Sons d’hiver salue le compagnonnage qui unit depuis tant d’années le festival à ce grand musicien, un malicieux mélange de poète, de sage, de clown, de révolutionnaire, de pacifiste et de panthéiste, dont le destin se confond avec l’histoire contemporaine de la musique créative. Notamment au sein d’In Order to Survive, cellule d’intervention et d’alerte. Au programme ce soir : Criminals in the White House since 1776… Si l’histoire a une fâcheuse tendance à se répéter, In Order to Survive aurait plutôt tendance à progresser contre vents et marées, à s’aventurer vers un monde qui attend toujours sa transformation, l’exprimant dans la musique.

"Urban Disruption", Meditation/Resurrection, Aum Fidelity, 2017
 

WILLIAM PARKER NEW ORGAN QUARTET

WILLIAM PARKER - contrebasse | COOPER-MOORE - claviers | JAMES BRANDON LEWIS - saxophone ténor | HAMID DRAKE - batterie

William Parker, acte II. Au programme de l’Organ Quartet : The Language of Cosmic Truth, qui promet de faire la part belle aux flambées fraternelles et aux grooves telluriques. Avec le ténor calorifique de James Brandon Lewis, William Parker fait claquer les portes et les fenêtres dans la Maison Musique. Avec les claviers fantasques de Cooper-Moore, il déplace les meubles. Avec la batterie surabondante d’Hamid Drake, il fait danser les jambes et les langues. Conscience historique qui ne vit pas dans le passé, conscience politique qui ne dogmatise pas, conscience morale qui ne sermonne pas, conscience poétique qui n’enjolive pas, cette année, William Parker, citoyen du Tone World, est citoyen d’honneur de Sons d’hiver.

"Uncle Joe's Spirit House", Ucle Joe's Spirit House, Aum Fidelity, 2010