édition 2002

. BERNARD LUBAT & LOUIS SCLAVIS DUO
. JEAN-MARIE MACHADO ET L’ORCHESTRE SECRET « LA MAIN DES SAISONS »

29 janvier 2002
Centre des Bords de Marne
Le Perreux-sur-Marne

BERNARD LUBAT & LOUIS SCLAVIS DUO

BERNARD LUBAT / batterie, percussions et piano
LOUIS SCLAVIS / clarinettes et saxophones

Ce duo due amical promet une joute musicale maximale et captivante. Lubat et Sclavis, complices depuis très longtemps, se connaissent trop bien pour ne pas nous surprendre encore une fois. Rien d’étonnant à cela, l’un et l’autre aiment les chemins de traverse, l’inattendu, l’improvisation et sont à l’aise dans tous les contextes musicaux.

JEAN-MARIE MACHADO ET L’ORCHESTRE SECRET « LA MAIN DES SAISONS »

PHILIPPE DELAIGUE / collaboration artistique
BENJAMIN TEISSEDRE / photographies
THIERRY OPIGEZ / création lumière
CÉCILE LENA / scénographe
ÉRIC VILLEVIÈRE / direction
FRED FENOLLABBATE / dispositif de projection
JEAN-MARIE MACHADO & L’ORCHESTRE SECRET – JEAN-MARIE MACHADO / piano
ANDY SHEPPARD / saxophones
BEÑAT ACHIARY et JEAN-YVES PÉNAFIEL / voix
PASCAL CONTET / accordéon
CHRISTIAN HAMOUY / percussions
RICCARDO DEL FRA / contrebasse
JACQUES MAHIEUX / batterie
HUIT SOLISTES DE L’ENSEMBLE INSTRUMENTAL DE L’ARIÈGE – MARCEL BOURGEOIS ET CHRISTIAN CAPOT / clarinettes
JEAN-MICHEL MAURY / saxophone et clarinette
THOMAS BESSE / trombone
MARYSE CHACON / flûte traversière
PATRICK MANDROU / cor
PASCAL DELRIEU / tuba
HERVÉ LAURENT / haubois
LE CHŒUR DE FEMMES DE L’ENSEMBLE ANAGRAMME – DANIEL PAGLIARDINI / direction

Rencontre de la poésie de Fernando Pessoa et de l’univers musical du pianiste et compositeur Jean-Marie Machado, cette création exprime un lyrisme délicat propice à l’intimité et la grandeur des émotions. Les textes, extraits du « Gardeur de Troupeaux », sont dispersés comme des échos de la musique le long du spectacle. Solistes improvisateurs et solistes classiques sont associés pour servir une musique d’écriture raffinée qui s’inspire de la musique traditionnelle portugaise. La magie de Lisbonne accompagne de vues magnifiques le plaisir des mots et des sons.
« Je n’ai jamais gardé de troupeaux,
mais c’est tout comme si j’en avais gardé.
Mon âme est comme un berger,
Elle connaît le vent et le soleil
Et elle va guidée par la Main des Saisons
Toute à suivre et regarder »
Fermando Pessoa