édition 2008

. JOE HENRY
. MASSACRE. BILL LASWELL / FRED FRITH / CHARLES HAYWARD

22 février 2008
Maison des Arts
Créteil

JOE HENRY

JOE HENRY / chant et guitare
DAVE PILTCH / basse
JAY BELLEROSE / batterie

Électron libre de la scène pop alternative américaine contemporaine, Joe Henry développe depuis longtemps un univers raffiné, dandy et littéraire, à contre-courant des principales tendances des musiques actuelles. Songwriter et musicien parmi les plus originaux dans sa façon de réenvisager les grands mythes fondateurs de l’imaginaire américain, Henry est un extraordinaire metteur en scène de ses chansons, élaborées comme d’authentiques petites nouvelles oniriques. Greffant sur le canevas de balades pop roc vénéneuses, la sensualité trouble de la soul et le sens de l’improvisation du jazz, Joe Henry invente une musique étrange pulsée de rythmes alanguis et langoureux. Ses chansons proposent une plongée hallucinatoire au cœur de l’Amérique fantôme.

MASSACRE. BILL LASWELL / FRED FRITH / CHARLES HAYWARD

BILL LASWELL / basse
FRED FRITH / guitare électronique
CHARLES HAYWARD / batterie, voix et mélodica

Massacre a été crée à New-York au tournant des années 80, en pleine période no wave par le guitariste Fred Firth, figure clef de la scène prog rock expérimentale britannique et deux jeunes musiciens américains à l’orée de leur carrière, Bill Laswell à la basse et Charles Hayward à la batterie. Le trio est longtemps demeuré le groupe culte d’un seul disque Killing Times, une sorte de comète ayant eu à peine le temps de poser les bases d’une fusion avant-gardiste entre musique noise, grooves funk, punk rock et free music, avant d’imploser inexorablement. En 98 Firth et Laswell, rejoins par le batteur Hayward, décident d’écrire de nouveaux chapitres à cette histoire passionnante. Cette musique expérimentale, ramassée sur elle-même comme une boule d’énergie brute a une force vitale toujours aussi irrésistible. D’avant-garde il y a 25 ans, Massacre est devenu aujourd’hui l’un des groupes les plus en phase avec son temps.