skip to content
Sorry this page does not exist in English
10/02/2020
Chroniques concerts 07/02. Will Guthrie Solo - The Art Ensemble of Chicago 
Roscoe Mitchell / The Art Ensemble of Chicago
Roscoe Mitchell / The Art Ensemble of Chicago © Thierry de Lavau

Le free à l'honneur une fois de plus !
La soirée du vendredi 7 février s'est inscrite dans une belle continuité par rapport à la semaine précédente lors des concerts de Paul Wacrenier Healing Orchestra "Free Jazz for the People" et du trio majeur constituée des musiciens Andrew Cyrille,William Parker et Enrico Rava en hommage au pianiste américain Cecil Taylor. La programmation de cette année nous permet de découvrir lors de ses deux soirées un univers musical fascinant, celui d'une musique engagée, le free jazz, plus ou moins révolutionnaire mais certainement et toujours spirituel comme en a si bien témoigné The Art Ensemble of Chicago lors du concert de vendredi dernier. Le concert a débuté par l'incroyable solo de Will Guthrie, dont la virtuosité de jeu et la richesse polyrythmique sont frappants. Un son qui ne ressemble à nul autre, ceci en grande partie dû à un set de batterie très personnel qui associe beaucoup de petites percussions au set de batterie classique, incluant notamment des gongs à différents niveaux de fréquences et de multiples effets électroniques. Le percussioniste nous livre une musique instantanée, composée à partir de divers timbres de percussions. On entend assez aisément les influences de certaines musiques en provenance d'Asie, notamment le gamelan javanais. Sa musique explore les extrêmes dans les volumes dans une improvisation qui semble à la fois très libre et très contrôlée. On comprend parfaitement ce choix de programmer ce talentueux percussioniste en première partie de The Art Ensemble of Chicago. L'engagement du musicien est palpable tant sur le plan de la recherche au niveau du toucher sur les percussions que sur le plan de l'expérimentation musicale. Will Guthrie expose un langage aussi impressionnant sur le plan rythmique que sonore !

Le concert se poursuit par le groupe mythique engagé, the Art Ensemble of Chicago. "Great Black Music", ce sont les mots prononcés maintes fois pendant le concert par les musiciens de l'ensemble et principalement par Moor Mother, la chanteuse clamant la force de la "Black Culture", comme porte-parole de l'engagement du groupe depuis sa création dans les luttes pour les Droits Civiques Afro-Américain. Plus de 15 musiciens avec de nombreux instruments sur scène nous présentent une musique riche et variée fusionnant rythmes et instruments africains, jazz et sons contemporains, influences rock et free jazz dans un déroulement contrôlé tel un cérémonial quasi religieux. Le free est à l'honneur comme en témoignent à titre d'exemple les incroyables solos des saxophonistes sopranino, soprano et alto Roscoe Mitchell, Hugh Ragin aux trompettes et Jean Cook à la trompette et au tuba. Leur improvisation relève d'un défi sonore et technique marquant : les sons produits reproduisent à la perfection cris et chuchotements, dans une interprétation à la fois sérieuse, pathétique et ironique. C'est bien une transe collective que le groupe livre au public. Une expérience unique ! Le rappel a conquis la salle, le concert se termine par l'exposé du duo de chanteurs, comme pour rappeler que le groupe est avant tout porteur d'un message fort, avec la magnifique chanteuse soprano Erina Newkirk dans une interprétation lyrique remarquable et le chanteur Rodolfo Cordova Lebreton à la voix grave puissante et au timbre chaleureux.

Claire ALLOUL, chanteuse, élève de l'EDIM 

 
loading...