skip to content
Sorry this page does not exist in English
04/02/2020
Chronique concert du 31/01. Cyrille /Parker /Rava "Tribute to Cecil Taylor"
Enrico Rava
Enrico Rava © Marek Lazarski

"Un concert en trio en hommage à Cecil Taylor (pianiste et poète américain), considéré comme l’un des fondateurs du free jazz avec Ornette Coleman. Ce fut une performance intense que nous propose ce trio composé d’Enrico Rava à la trompette, William Parker à la contrebasse et Andrew Cyrille à la batterie. Une osmose s’est formée entre les trois musiciens, proposant une musique jusqu’à la transe, enchaînant et croisant les tempo modéré à rapide puis tempo lent. Une harmonie se construit à partir des parties de contrebasse proposées par William Parker, une cohérence se forge et laisse la place au soliste, souvent Enrico Rava proposant des mouvements mélodieux à la trompette, teintés de rythmes développés et inspirés. Dès le début du concert, on a là, une énergie qui bouillonne entre les propositions du contrebassiste, toujours justes et cohérentes, la batterie intense mais à l’écoute des musiciens avec des roulements de caisse claire aux sons précis et net, des cymbales aux couleurs nuancées, une trompette mélodieuse et à l’écoute des propositions des deux autres comparses entre climat de tensions et un souffle d’apaisement. Au milieu de cette performance, à un moment donné, on remarque un flux d’énergie qui s’harmonise entre les trois musiciens. On découvre avec surprise, que le soliste peut être l’ensemble des musiciens, avec un discours à l’écoute mutuelle très inspiré. Un jeu qui suggère différents plans qui se superposent entre accompagnateur et soliste. Une vrai magie se forme entre les trois musiciens inspirés. On passe d’un mouvement mélodieux à des moments plus minimalistes, des tempo lents à tempo rapides plus denses. À un moment, le batteur Andrew Cyrille joue des cloches “bell” sur un riff “groovy” dans les graves proposé par William Parker (contrebasse) nous faisant penser à une unité rythmique hors du commun. Enrico Rava interagit magnifiquement avec les accompagnateurs, il influence une direction par des phrases musicales mélodieuses et rythmiques. Le son se forge dans l’improvisation mais jamais dans l’éparpillement inutile du discours. La cohésion de groupe est là, au service d’un jazz inspiré par la musique de Cecil Taylor, une musique dense mais pleine de mélodies, racontant une histoire en décrivant des expériences constructives, une musique libératrice qui se démarque des conventions, en somme une célébration de la vie."

Jean-Maxime PINTA (élève de l'EDIM)

 
loading...