aller au contenu
mardi 12 février
20h
Réserver
Tarifs
25€ PT / 22€ TR / 15€ Abonné Sons d’hiver
Maisons-Alfort
Théâtre Claude Debussy
116, avenue du Général de Gaulle
Tel
01 41 79 17 20
http://www.theatredemaisons-alfort.org

RER D : Maisons-Alfort Alfortville. Aller en face puis tourner la 2e à droite avenue du Général de Gaulle. Le Théâtre se trouve sur le parvis de la mairie.
Route : Depuis Paris, prendre l’A4, 1ère sortie Maisons-Alfort, tout droit après le pont de Charenton. Le Théâtre se trouve au carrefour avenue du Général de Gaulle et l’avenue de la République.
PARKINGS 112 av. du Général de Gaulle / 31 av. de la République (sortie libre)

DAS KAPITAL "VIVE LA FRANCE!"

HASSE POULSEN - guitare | DANIEL ERDMANN - saxophone ténor | EDWARD PERRAUD - batterie

C’est l’histoire d’un Allemand, d’un Danois et d’un Français. Le Danois dit aux deux autres : "cap’ ou pas cap’ ?". En 2002, Daniel Erdmann et Edward Perraud répondent à Hasse Poulsen : "Kap’ !" Ainsi nait Das Kapital, trio réellement européen qui ne fait point dans la thésaurisation de sentiments. Après avoir remis à jour, selon la tangente brötzmanienne, la musique de Hanns Eisler, avoir sulfaté quelques chants de Noël, le trio ajoutent du bleu et du blanc à leur petit livre rouge pour enrôler Charles Trénet, Claude François, le baroque de Rameau, Georges Brassens, Patrick Hernandez, ou encore Claude Debussy dans leur combine. La culture pop, le kitsch et les remous du jazz y tutoient les figures de la musique contemporaine.

 

MICHEL PORTAL & JOACHIM KÜHN DUO

MICHEL PORTAL - clarinettes, saxophone soprano, bandonéon | JOACHIM KÜHN - piano

L’un maîtrise la clarinette, l’autre joue du piano. L’un a tutoyé Pierre Boulez, l’autre a nourri son jeu de Franz Listz. L’un a participé à lancer le free en France, l’autre a cassé des cloisons jazz avec Ornette Coleman. On retrouvera Michel Portal et Joachim Kühn sur un paquet de rendez-vous de l’histoire récente du jazz en France. Aujourd’hui, les deux instrumentistes se connaissent parfaitement. Chacun joue avec les attentes de l’autre grâce à une exigence qui ne doit rien à la nostalgie, encore moins au revivalisme. Musiciens éminemment complexes, Michel Portal et Joachim Kühn n’ont rien d’institutions endormies mais travaillent encore à lier le jazz à l’américaine, ses préoccupations européennes et la culture classique, d’une façon furieusement sensuelle et toujours un peu revêche.

 
loading...