← RETOUR À L’AGENDA

Samedi 20 janvier • 20h30
Cachan • Théâtre Jacques Carat

Polyphonie - Palimpseste, 2017 - Fabienne Verdier

David Virelles Trio
featuring Vicente Archer & Eric McPherson

David Virelles • piano, composition
Vicente Archer
• contrebasse
Eric McPherson
• batterie, percussions

Hormis les mystères pour touristes et les misères pour analystes politiques, Cuba est une île dont la musique n’a jamais arrêté de se découvrir. David Virelles est de ces musiciens cubains qui font feu de la tradition pour atteindre des sommets de modernité. Son jeu ne laisse aucune erreur de jugement sur son passage, éternel transfuge naviguant entre deux mondes. Enfance à Santiago de Cuba, études à Toronto puis la scène jazz mondial. Henry Threadgill, Stanley Cowell et Muhal Richard Abrams comme alpha et omega des influences, Ravi Coltrane ou Paul Motian comme compagnons croisés dans la Big Apple. Le pianiste désoccidentalise ses 88 touches, prend des libertés de tempo et ses attaques de note sont d’une assurance qui rappellent celle d’un Steve McQueen sur la gâchette de sa winchester.

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique

 “Influences”, David Virelles, série de podcasts réalisée par Guillaume Malvoisin et LeBloc

La Plateforme, multimedia du festival

ACTION SATELLITE — Masterclasse avec David Virelles, le 19/01, 12h-15h. Université Paris 8 / Saint-Denis. Bâtiment A / RDC / Salle A072. Ouverte au public.

ENGLISH VERSION : The island of Cuba may mean mysteries for tourists and miseries for geostrategists. But as far as music is concerned, it’s a land of constant self-discovery. David Virelles is one of the musicians who builds on tradition to reach peaks of modernity. His playing shimmers with shrewd judgment as he moves along, continually navigating between two worlds, always the foreigner. He spent his childhood in Santiago de Cuba and his college years in Toronto. Then he hit the global jazz scene. He can claim Henry Threadgill, Stanley Cowell, and Muhal Richard Abrams as the broad boundaries of his influences; Ravi Coltrane and Paul Motian are traveling companions he met in New York. Virelles at the piano de-Westernizes its 88 keys. He takes liberties with the tempo. He attacks notes with such certainty and power that one can’t help but think of Steve McQueen firing a round from his Winchester.

création

Kahil El’Zabar Ethnic Heritage Ensemble “50th Anniversary” feat. David Murray & Joe Bowie

Kahil El’Zabar batterie, percussions, voix
Corey Wilkes
trompette
Alex Harding
saxophone baryton
David Murray
saxophone ténor
Joe Bowie
trombone
James Sanders
violon, alto
Ishmael Ali
violoncelle

Histoire de révolutions et de réinventions, sans frontière. En 1973, Kahil El’Zabar fonde l’Ethnic Heritage Ensemble, et combine la musique africaine-américaine avec les musiques traditionnelles d’Afrique. 50 ans plus tard, David Murray, icône de la scène Loft de New York, activiste actuel d’une musique ancrée dans la rencontre, est sur la liste des invités. Joseph Bowie, frère de Lester, tromboniste au son large et membre historique de l’Ensemble, aussi. Kahil El’Zabar ramène l’Ethnic Heritage Ensemble sur ses rives militantes, celles de l’AACM de Chicago, au service des gens. Comme le lui demandait Nina Simone, pour qui, anecdote amusante, El’Zabar fut créateur vestimentaire. C’est de nappe de cordes qu’il habillera cet anniversaire, pour un Ensemble toujours drapé dans sa superbe.

  Bientôt sur La Plateforme : “Influences”, Kahil El’Zabar, série de podcasts réalisée par Guillaume Malvoisin et LeBloc

La Plateforme, multimedia du festival

DÉBAT D’IDÉES —  A Change Is Gonna Come! – animé par l’anthropologue Alexandre Pierrepont, le 20/01, 18h30
avec Kahil El’Zabar, Sélène Saint-Aimé, Joëlle Léandre, David Murray
«  En janvier 2024, cela fera très exactement 60 ans que le chanteur Sam Cooke aura enregistré A Change Is Gonna Come, une chanson et un grand appel d’air, vers ce fameux monde meilleur, ce fameux monde possible, à l’époque déjà pour les Africains Américains lancés en plein Mouvement des droits civiques. Mais depuis ? Où en sommes-nous avec ce changement tant attendu, et que peut donc y faire la musique, à travers laquelle Kahil El’Zabar continue par exemple d’annoncer A Time for Healing? »

ENGLISH VERSION : The story is one of revolutions and reinventions, free of borders. In 1973, Kahil El’Zabar founded the Ethnic Heritage Ensemble, which combined African American music with traditional music forms from Africa. 50 years later, David Murray, icon of the loft scene in New York City, and an active proponent of music rooted in encounter, is one of the guest artists. Another loft scene veteran and legendary Ensemble member, Joseph Bowie, brother of Lester, is a trombone player with a big, brassy sound. Kahil El’Zabar brought the Ethnic Heritage Ensemble back to the militant shores of Chicago, where the AACM, the Association for the Advancement of Creative Musicians, had its headquarters, serving the community. Just as Nina Simone – for whom he once styled clothing – had asked him to do. El’Zabar will clothe this anniversary reunion in a costume of strings, for an Ensemble that never fails to strut and sing. 

← RETOUR À L’AGENDA