← RETOUR À L’AGENDA

Polyphonie - Palimpseste, 2017 - Fabienne Verdier

création

Sélène Saint-Aimé “New Orleans Creole Songs”

Sélène Saint-Aimé • contrebasse, chant, poésie
Steve Lands • trompette
Gladney • saxophone ténor
Miles Lyons • trombone, sousaphone
Shea Pierre • piano
Alfred Jordan Jr • batterie

La Caraïbe est une mère. On y nage, on s’y nourrit. Une mère nourricière dont les bouillons et les remous sont au cœur de la musique de Sélène Saint-Aimé, explorant les traditions de ses ancêtres afro-descendants. Traditions rejouées, en trois mois de résidence à la Villa Albertine, à la Nouvelle-Orléans. La bassiste a pu explorer les lieux et l’histoire musicale de la ville, en tracer des cartes mentales héritées des cultures africaines, afro-indiennes et caribéennes de la cité-berceau du Jazz. Apprentissage de rythmes (la danse djouba, le tambour bèlè), et de vieilles chansons créoles de Louisiane. Connexions en pagaille. Creole Songs fédère des musiciens locaux dans une vision très personnelle, pour partager ce bouillon de cultures. Et laisser poindre l’ancien mâtiné de nouveau.

Coproduction : Festival Sons d’hiver

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique

Concert enregistré par France Musique

ENGLISH VERSION : The Caribbean Sea is a mother, bathing and feeding her children. Its swells and tides flow through bassist and vocalist Sélène Saint-Aimé’s music, as she explores the traditions of her ancestors of African descent. A three-month residency at the Villa Albertine in New Orleans gave her an opportunity to deepen her understanding, to explore the city’s musical monuments and history. She absorbed the mental maps inherited from Africa, the Black Indians, and the Caribbeans of the city where jazz was born. She learned rhythms (djouba dancing, or “hamboning”; the bèlè drum) and old Louisiana Creole songs. Creole Songs brings local musicians together in a highly personal vision, to share the melting pot of cultures. And to allow the old lightened with new to emerge.

Coproduction : Festival Sons d’hiver

 “Influences”, Sélène Saint-Aimé, série de podcasts réalisée par Guillaume Malvoisin et LeBloc

La Plateforme, multimedia du festival

Polyphonie - Palimpseste, 2017 - Fabienne Verdier

William Parker “Raining on the moon”

William Parker • contrebasse, compositions
Leena Conquest • voix
Rob Brown • saxophone
Steve Swell • trombone
Eri Yamamoto • piano
Hamid Drake • batterie

Dialogue de générations. Après la Nouvelle-Orléans et la Caraïbe revisitées par Sélène Saint-Aimé, seconde ode à un territoire recomposé de la soirée. William Parker met New York à l’envers avec Raining On The Moon, enregistré en 2001, posant les bases de la modernité selon Saint-Parker. Le contrebassiste réactive tout cela : voix aériennes, mots pesant à chaque syllabe, stries acérées des cuivres free, swing décontracté et blues chaleureux. L’énergie est plus que jamais vibrante. Raining On The Moon fusionne encore de nouvelles idées d’anciennes structures post-bop, malmenant ainsi les vieilles lois du jazz conventionnel, en activant pourtant son principe essentiel : mettre le monde sens dessus-dessous. Poésie virtuelle, mais très réelle, quand chante Leena Conquest.

Concert enregistré par France Musique

ENGLISH VERSION : Intergenerational exchange. After Sélène Saint-Aimé revisits New Orleans and the Caribbean in the first part of the evening, William Parker travels to a second realm of music memory. A couple of decades ago, Bronx native Parker turned New York upside-down with his acclaimed album Raining On The Moon, which invented his own modernity. Onstage in Nogent, he recreates the whole experience: ethereal vocals; weighty syllables; the shrill cries of brass; a relaxed swing; and warm blues. The energy vibrates better than ever. Raining On The Moon is still infusing classic post-bop structures with new ideas, wreaking havoc with the dusty conventions of jazz. Yet the essential principle of the music is to turn the world upside-down. Leena Conquest’s vocals are virtual but true poetry.

Doctor Yesterday

par William Parker | Corn Meal Dance

← RETOUR À L’AGENDA