← RETOUR À L’AGENDA

Vendredi 26 janvier • 20h
Espace Jean Vilar • Arcueil

Yuko Oshima solo

Yuko Oshima • batterie, percussions, objets, voix

Yuko Oshima a un pied du côté de Strasbourg, où elle vit depuis 2000, et l’autre posé dans sa culture natale. Dans son solo, développé au fil des concerts, la percussionniste combine influences japonaises et expériences actuelles. Elle y joue une musique qu’elle qualifie bien volontiers d’inqualifiable. Inqualifiable ? Que dire alors ? Que ses solos, par exemple, se nourrissent de jazz, de rock, de musique traditionnelle, de batterie turbulente, de percussions délicates. Que sa langue natale sonne en écho à ses toms et cymbales. Chaque mot de japonais, chanté ou chuchoté, structure un rythme complexe, magnifique et sensible. Par éclats et tensions. Sur le vif et dans l’instant présent, la délicatesse s’anime du groove et des battements de l’espace sonore.

ENGLISH VERSION : Yuko Oshima has one foot in Strasbourg, where she has been living since 2000, and the other firmly in her native land. The solo performance she has developed in a whole series of concerts combines Japanese influences and ongoing experiments. She plays a sort of music she describes as indescribable. But we will nevertheless make an attempt. Her solos draw sustenance from jazz, rock, and traditional music: stormy drums and delicate percussions. Her mother tongue rings out to echo her tom-toms and cymbals. Each word of Japanese, sung or whispered, becomes the backbone of a complex, magnificent, sensitive rhythm. Tensions lead to outbursts. With immediacy, in the absolute here and now, airiness seizes hold of the groove and beating of the sound space.

Polyphonie - Palimpseste, 2017 - Fabienne Verdier

Otomo Yoshihide New Jazz Quintet

Otomo Yoshihide • guitare
Ruike Shinpei
• trompette
Osamu Imagome
• trombone
Hiroaki Mizutani
• contrebasse
Yoshigaki Yasuhiro
• batterie

Otomo Yoshihide est aux platinistes ce que Platini est à la Juventus de Turin. Un zèbre parfaitement rayé mais qui tire dans les coins. Quand il joue de la guitare électrique, idem. C’est très fort, au sens multiple du mot, c’est rarement droit mais c’est très beau. Grand aventurier de la scène japonaise, le fondateur de Ground Zero, est une pièce maîtresse de la musique noise mondiale. Son New Jazz Quintet, né en 1999, dans la furie qu’il déclenche, a même poussé les jazz critics à néologiser le onkyō-jazz. Du jazz qui n’a pas son pareil. Du jazz qui revisite in extenso les standards américains. Du jazz très libre et hyperinventif. C’est très intelligent, fabriqué, et ciselé avec une dextérité impressionnante. Eclairé par la lumière des comètes insolentes.

Avec le soutien de l’Onda – Office national de diffusion artistique

  Grand entretien avec Otomo Yoshihide par Guillaume Malvoisin.

La Plateforme, multimedia du festival

  Hörspiel, “Orchestra for a silent night” de Otomo Yoshihide. (Pièce créée en 2022)

La Plateforme, multimedia du festival

ENGLISH VERSION : Otomo Yoshihide is a composer and multi-instrumentalist whose ax of predilection is the electric guitar. With the New Jazz Quintet, founded in 1999, he dazzles us with music that is intense in every sense of the word. A great adventurer on the Japanese scene and a cornerstone of global noise music, he founded Ground Zero. Aptly named, since this musician grew up in Fukushima, the city that was contaminated by a nuclear power plant cataclysm in 2011. The New Jazz Quintet unleashed so much fury it prompted jazz critics to invent a new word for it: onkyō-jazz, from the Japanese word for “sound resonance.” This is unparalleled jazz that extensively revisits American standards, freely and inventively. Highly intelligent sound made and sharpened with awe-inspiring dexterity. Illuminated by the glow of insolent comets.

Straight Up and Down

par Otomo Yoshihide New Jazz Quintet | Hat and Beard

← RETOUR À L’AGENDA